Ligue des Champions : Bayern Munich sur le toit de l’Europe

C’est au bout d’un match, d’une finale tres équilibré que le Bayern parvient à faire chuter Neymar et les siens, ce dimanche à Lisbonne. Kingsley Coman formé au PSG a offert la 6e Ligue des Champions de l’histoire du Bayern (après 1974, 1975, 1976, 2001 et 2013). 

Dans l’espoir de retrouver l’OM au panthéon du football français puisque les marseillais sont les seuls vainqueurs de la coupe au grande oreilles, les Parisiens ont débuté le match avec une stratégie bien clair : Jouer sur les qualités de rapidité des ailiers Di Maria et M’Bappe dans le dos des latéraux allemands.

Une tactique qui aurait pu bien fonctionner puisque la première grosse occasion est pour le PSG à la (18e) avec M’Bappe trouvé dans l’intervalle qui lance Neymar à la limite du hors jeu et qui bute à 2 reprises sur le mur allemand, Manuel Neuer. Les parisiens imprécis devant le but, à l’image de l’occassion manquée par Kylian juste avant la pause ou il écrase son shoot. Une action qui rappel le but de Cristiano Ronaldo face à la Juventus en 2017 en finale de la ligue des champions. De l’autre côté les Bavarois ont réussi à tout aussi être dangereux, notamment avec le poto de Robert Lewandowski (22e) et sa tête repoussée par le Navas (31e).

L’expérience et le savoir faire bavarois à pris le pas sur une équipe du PSG qui disputait sa première ligue des champions de son histoire. Bayern trop fort mais les parisiens aurait pu faire mieux sur cette finale. Le prodigue bresiliens etaient en dedans, pas dans les bons coups à la différence du 1/4 et des 1/2 finales, il était moins visibles et ne creaient absolument rien dans le jeu parisien.

L’histoire ne retient que les vainqueurs mais ici elle retiendra également que le plus grand transfert du football à chuter en finale de ligue des champions. Un face-à-face perdu face à Neuer (18e), et une prestation moyenne, malgré un dernier rush (90e+1). Privé de son relais préféré Verratti au coup d’envoi, il a été pris par Goretzka, Süle ou Alaba, et n’a presque jamais fait la différence. Il était positionné en faux 9, mais n’a jamais réussi à partir de loin.

L’histoire est cruelle, et retiendra qu’un enfant du PSG a éteint les rêves d’une première victoire en Ligue des champions pour Paris. Natif de Paris, arrivé au centre de formation au PSG lorsqu’il était gamin, à 9 ans en 2005, Kingsley Coman a inscrit le seul but du match d’une tête piquée (59e) après un centre de Kimmich, sur l’une des premières erreurs de la défense parisienne.

Kingsley bourreau des parisiens

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici