Bongouanou : 5 militaires arrêtés et désarmés par les populations

Dans la nuit du dimanche 25 au lundi 26 octobre 2020, deux véhicules chargés d’armes ont été interceptés à Banabo.

Ainsi, cet incident impliquant des militaires du Bataillon de Sécurisation de l’Est et des populations dans la région de Bongouanou a occasionné la disparition mystérieuse de plusieurs armes de guerre. 

En effet, cinq militaires venant d’Agnibilékro circulaient dans deux ” Gbaka”, dans la nuit du 25 octobre en partance pour Bouaké en vue de récupérer le personnel du BASS dans le cadre de la sécurisation de l’élection présidentielle. Quand ils ont été soudainement encerclés vers 21h au niveau du village de Banabo dans la sous-préfecture de Bongouanou par des individus de la région qui ont trouvé les véhicules massa « suspects ». 

La tension est très vite montée entre les individus et les militaires, malgré l’arrivée de la police et la gendarmerie pour tenter de ramener le calme, les deux véhicules ont été incendiés. 

Les militaires ont certes à être exfiltrés des véhicules, mais l’on a note que les manifestants ont emporté des armes qui étaient cachées dans les véhicules.

Le bilan de cette attaque fait état de dix-sept (17) kalachnikovs, ainsi qu’une petite caisse métallique de munitions emportées par les populations. Sur le coup, seule une (1) arme a pu être arrachée des mains d’un jeune.

Par la suite, des démarches ont été entamées dans la même nuit auprès de la chefferie villageoise afin d’entrer en possession des armes disparues. Ces négociations ont permis de retrouver que 5 armes. 11 kalachnikov sont donc parties dans la nature. 

Cela a conduit la gendarmerie dans la zone à déconseiller “ les déplacements isolés” à ses éléments dans cette zone.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici